Le Journal d’Alain Dumait

Un autre regard sur la crise

Sur la candidature de Lionel Jospin

Posted by alaindumait sur 05/07/2006

Au parti socialiste, les amis de Lionel Jospin, comme d’ailleurs ceux qui le sont moins, évoquent facilement « la dimension morale » de l’ancien Premier ministre. Lui-même, conformément à l’image qu’il s’est taillée, prend souvent une posture « morale ». Sans doute est-elle constitutive de sa personnalité. Son éducation protestante… Sa formation à la fois technocratique et trotskyste… C’est d’ailleurs sans doute cet aspect de sa personnalité qui, à la fin des tristes et nauséabondes années Mitterrand, fit qu’il sût apparaître, dès 1994, au bénéfice de son parti, comme un recours politique crédible.

En 2002, quand il arrive troisième au premier tour de l’élection présidentielle du 22 avril, c’est seul et naturellement qu’il décide de tirer immédiatement toutes les conséquences de son échec et d’annoncer qu’il mettait un terme à sa vie politique. Décision que comprirent fort bien les Français, les seules personnes y trouvant à redire se situant finalement dans la caste des politiciens, en particulier ceux pour lesquels il n’était évidemment pas question de s’appliquer jamais une telle règle.

Mais, puisqu’en France, contrairement à toutes les autres démocraties occidentales, un homme politique peut toujours prétendre ou espérer revenir au pouvoir, voilà que le désir de puissance progressivement taraude le vaincu de 2002. Il a envie, vulgairement, de prendre sa revanche. C’est ce qu’il vient de dire, en clair, dans sa longue et ennuyeuse tribune libre publiée dans le journal « Le Monde » daté du mercredi 28 juin.

Ce grand démocrate évoque à cette occasion un rendez-vous qui, ce jour-là, aurait été « manqué avec le peuple ». Il n’en dit pas plus, laissant à ses lecteurs le soin de deviner que, dans l’esprit de l’intéressé, l’élimination dès le premier tour du candidat de la gauche plurielle, et, de ce fait, la confrontation au deuxième tour des deux principaux représentants de la droite, était parfaitement scandaleuse, voire anti-démocratique. Que ne propose-t-il pas dans ces conditions une modification des règles qui président à cette élection et en particulier à la sélection automatique au deuxième tour des deux candidats arrivés en tête ? Beaucoup de ses « amis » évoquent une « vie République ». Ce serait donc le moment pour Lionel Jospin de faire quelques propositions…

La vérité qui crève les yeux de tout observateur objectif est que le scandale démocratique n’est pas là où le dit l’ancien Premier ministre mais, bien davantage, dans le simple fait que le parti du candidat arrivé en deuxième position le 22 avril 2002 n’ait aucun représentant élu à l’Assemblée Nationale, comme il n’en a d’ailleurs aucun – en tout cas durablement – depuis 1988. Et le scandale des scandales n’est pas tant finalement dans cette situation, dont on pourrait considérer qu’elle résulte de règles « supérieures » (?) mais plutôt dans le fait que personne ne semble s’en indigner. Au point que les dirigeants du Front National sont souvent eux-mêmes soupçonnés d’accepter voire même de se satisfaire de cet état. Ce que personnellement je ne pense pas : ils font « avec », par réalisme, et aussi parce que leur leader, Jean-Marie Le Pen, avec ses cinquante années d’expérience politique, est plutôt un modèle de légalisme républicain qu’un exemple de factieux, même si ses adversaires n’ont jamais cessé d’ainsi le qualifier.

Nos enfants et nos petits-enfants, quand ils étudieront l’histoire politique contemporaine de la France, auront plusieurs autres sujets de grand étonnement.

Le comportement de Jacques Chirac ne sera pas le moindre. Le lundi 26 juin, en direct, dans le journal de 20 heures de France 2, il ose déclarer qu’il se garde de répondre avant la fin du premier trimestre 2007 sur le point de savoir s’il sera, ou non, candidat à la prochaine élection présidentielle. Peut-être, y a-t-il dans ce propos un peu de facétie. Mais aucun de ceux qui connaissent le Président de la République, n’excluent qu’il puisse encore y croire, par exemple au cas où la situation internationale, actuellement objectivement très préoccupante, se dégraderait au point qu’un nouveau conflit mondial serait en perspective.

Certes, Jacques Chirac, à l’inverse de Lionel Jospin, n’a jamais dit qu’il abandonnerait jamais la vie politique, dans laquelle il baigne depuis plus de quarante ans. Pourtant, après deux mandats dont on ne peut pas dire qu’ils furent très bénéfiques pour la France, la retraite de l’intéressé semblait aller de soi…

La morale en politique est certainement antinomique des « carrières » qui, chez nous, caractérisent notre vie publique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :