Le Journal d’Alain Dumait

Un autre regard sur la crise

Christine Boutin : un ministre dramatique !

Posted by alaindumait sur 12/03/2009

bilan-sarkozy2On paye aujourd’hui les erreurs faites hier.

On cède à Munich, et on a la Seconde guerre mondiale.

On laisse s’emballer les subprime, et on a la crise économique actuelle ! (sur le sujet, lire le remarquable article d’Henri Lepage, dans la dernière livraison de « Politique Internationale », http://www.politiqueinternationale.com/revue/article.php?id_revue=122&id=779&content=synopsis)

Quelles seront les conséquences sur le long terme de la décision annoncée ce matin par le ministre Christine Boutin, à savoir « plus d’expulsions sans solution de remplacement » ? Nous ne le saurons que plus tard, mais elles seront forcément catastrophiques.

On me fera observé que les expulsions étaient déjà très réglementées et fort difficiles à mener à leur fin. Sur les 10 000 jugements prononcés chaque année, combien sont effectivement exécutés ? Mais justement : cette protection de fait était le principal obstacle au développement d’un marché locatif privé, animé par des bailleurs privés. L’interdiction absolue d’expulser sans reloger va accentuer une situation déjà mauvaise, non seulement pour les propriétaires, mais aussi pour les locataires, qui, du coup, ne trouvent pas à se loger.

On favorise les rentes. Ceux qui ont un bail vont s’y accrocher et même essayer de le transmettre (avec dessous de table…)

C’est un peu comme l’interdiction de licencier : la seule façon de s’en protéger est de ne pas embaucher…

La nouvelle disposition s’appliquera bien sûr aux squatters, qui d’ors et déjà bénéficient d’une immunité de fait. On va donc assister, immanquablement, à l’explosion des squats…

La mesure est aussi très incitative pour l’immigration clandestine.

Jusqu’à présent les immigrés clandestins avaient droit – tout hors-la-loi qu’ils sont – à la meilleure couverture sociale du monde, y compris l’accouchement à Paris dans un super-hopital comme Robert Debré, à l’éducation gratuite de leurs enfants (+ cantine gratuite à l’école), à une assistance sociale permanente… Maintenant ils savent qu’ils ne courent plus le risque de devoir quitter un logement, qu’ils payent ou non, sans être préalablement relogés.

C’est dramatique !

C’est pourtant une des leçons de la crise qui, au départ, est celle des subprime : quand on fait n’importe quoi, au nom d’une soi disante politique sociale (en fait anti-sociale, cf sur le sujet l’ouvrage d’Alain Mathieu < http://www.contribuables.org/la-vie-de-ca/ca-en-action/le-modele-anti-social-francais-2/>) on sème le vent. On récoltera la tempête !

Et la citation du jour : « À la base de toutes les doctrines totalitaires se trouve la croyance que les gouvernants sont plus sages et d’un esprit plus élevé que leurs sujets, qu’ils savent mieux qu’eux ce qui leur est profitable » (Ludwig Von Mises ».

 « Je valide l’inscription de ce blog au service Paperblog sous le pseudo alaindumait ».

Publicités

3 Réponses to “Christine Boutin : un ministre dramatique !”

  1. lucterios said

    Pauvre Christine Boutin!
    Elle qui voulait tant rentrer au gouvérnement,qui s’est débattue bec et ongles pour en faire parti et qui n’a vraiment aucune conduite ou ligne politique cohérente!
    Le bon sentiment,la larme à l’oeil,le catéchisme nunuche,sont sa politique,avec à la fin,l’aggravation générale des conditions des bailleurs.

    Qui veut faire l’ange,fait la bete!
    Je ne vous dis pas merci pour votre politique de gribouille!

  2. Oldney said

    On ne le dira jamais assez, trop de régulations ne font qu’engendrer dysfonctionnements sociaux et écomomiques. Avec pour corollaire une demande accrue de régulation… et ainsi de suite.
    L’action de Christine Boutin ne fait que s’inscrire dans la mouvance générale de l’interventionnisme généralisé qui prévaut et sclérose nos sociétés. Le pire c’est qu’elle croit probablement bien faire.
    En réalité, elle participe comme beaucoup d’autres à acheter (provisoirement) la paix sociale. Et comme vous le soulignez si bien, d’autres déséquilibres seront favorisés. C’est de la gouvernance à (courte) vue, tout comme l’est l’action de l’Etat au regard des évènements dans les départements d’outre-mer, entre autres actions.
    Ce qui ne veut pas dire qu’il faille récuser toute intervention étatique, loin s’en faut. Mais permettre à une saine concurence de s’établir (au hasard, en Martinique par exemple), serait sûrement moins coûteux et autrement plus efficace.
    L’article d’Henri Lepage, qui reprend clairement les thèses développées par Vincent Bénard de l’Institut Hayek depuis le début de la crise, est effectivement particulièrement instructif sur les dégâts occasionnés par un interventionnisme régulateur mal approprié, au prétexte de « justice sociale ».
    Quant à votre conclusion en forme de mise en garde, je ne peux, hélas, que la partager.
    A.R.

  3. raynal guy said

    Mitterrand avait institué un droit de maintien de 6 ans pour les locataires indélicats. S’en est suivi l’effondrement du parc locatif. Ce délai avait été ramené à 3 ans et il me semble que le parc locatif avait augmenté à cette époque. J’ai lu il y a peu de temps que ce délai aurait été ramené à 1 ans. Ce qui est une bonne chose,mais qu’en est il ?
    L’idée de faire souscrire une assurance loyer aux baillleurs est le prototype de la fausse bonne idée. Il est facile de prévoir que quantité de locataires indélicats, pour ne pas dire malhonnètes, auraient abusé de cette situation, et le système aurait rapidememnt explosé.
    Interdire l’expulsion des indélicats va stopper le marché locatif, en France, car il sera surement toujours intéressant d’aller investir à l’étranger.
    Pauvre France, tu n’as vraiment pas de chance avec tes gouvernants.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :