Le Journal d’Alain Dumait

Un autre regard sur la crise

Les déficits d’aujourd’hui annoncent la faillite de demain !

Posted by alaindumait sur 11/10/2009

monde-ruineDu point de vue des finances publiques, la France n’est pas exactement la plus mal placée. L’Italie, l’Espagne, la Grande Bretagne (2 pays dans l’Euro, un dehors…) connaissent une situation encore plus dégradée.

Mais, ailleurs, au moins, se préoccupe-t-on de cette dégradation. Comme les Allemands, les Anglais, de droite comme de gauche, préparent des mesures sévères pour rééquilibrer les comptes et revenir si possible dès 2011 à l’excédent budgétaire.

Les décisions sont variées : baisse des effectifs des fonctionnaires, diminution de leurs salaires, coupes sociales…

L’ambiance, chez nous, est totalement différente. L’empilement des lois et des nouveaux impôts continue. Les dépenses vont encore augmenter de près de 5% en volume en 2009 !

Les réformes de structures sont en panne. La seule à avoir été accomplie est la suppression de la profession d’avoué, moyennant des compensations scandaleusement exorbitantes !…

C’est dans ce contexte que le gouvernement croit devoir communiquer sur ce qu’il appelle «une baisse des prélèvements publics obligatoires»

On se moque du monde, et des contribuables en particulier !

Rappelons que les prélèvements doivent se mesurer sur la base des dépenses et non pas des recettes (notre édito du 2 octobre).

Si l’on imagine une situation où l’Etat continuerait à dépenser de plus en plus, tout en se montrant incapable de faire rentrer les recettes qu’il avait prévu (ce qui est à peu près la situation réelle actuelle), et comme nos politiciens ne sont pas des magiciens, on se doute qu’ils ne font que reporter sur d’autres les charges du financement du budget.

Et sur qui se reportent-elles ?

Sur les épargnants, français et étrangers, qui souscrivent aux emprunts d’Etat…

Sur les contribuables de demain et d’après, qui paieront les intérêts et les remboursements…

Sur les pays plus vertueux, comme l’Allemagne, qui lutte contre ses déficits et soigne sa compétitivité, ce qui nous permet monétairement de vivre à ses crochets, avec un Euro sans lequel le franc serait déjà une monnaie en capilotade.

« Bon Dieu ! Que de peine à prouver, en économie politique, que deux et deux font quatre ! » (Frédéric Bastiat).

Publicités

Une Réponse to “Les déficits d’aujourd’hui annoncent la faillite de demain !”

  1. Alain said

    bonjour
    la pression des contribuables et de la société civile
    doit ètre mise sur la classe politique pour que celle-ci
    est le courage de réduire le dette publique sans augmenter
    les prèlevements obligatoires.

    j’ai bien aimé l’intervention de BENOITE TAFFIN sur
    le site de contribuables associés ; nous ne pouvons pas
    laisser l’ardoise a nos enfants!

    je viens de lire également le livre de CHARLES GAVE
    « libéral mais non coupable » , je recommande cet ouvrage
    à tous .

    bien cordialement
    ALAIN

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :