Le Journal d’Alain Dumait

Un autre regard sur la crise

Note de lecture. Paul Claudel : « La Crise. Amérique 1927-1932. Correspondance diplomatique »

Posted by alaindumait sur 26/10/2009

44Les Editions Métailié ont eu la bonne idée d’éditer une partie de la correspondance diplomatique de notre ambassadeur aux Etats-Unis de 1927 à 1933, son excellence Paul Claudel.

On  y découvre tout d’abord que le poète était un observateur hors pair, attentif à la vie des affaires, à la situation économique et financière du pays où il est en poste, déjà le plus puissant du monde. Les analyses qu’il envoie régulièrement à son ministre des affaires étrangères forment un ensemble à la fois clair, lucide et concret. On ignore s’il existe, en langue française, un journal de la crise économique mondiale de cette qualité.

En 1927, il voit venir l’éclatement de la bulle. En novembre 1929 il confesse que la catastrophe a dépassé par son étendue ce qu’aucun expert – profession comparée à celle des astrologues…- n’avait prévu. 3000 banques sont au tapis. La bourse plonge. Mais elle se reprend. Pour dévisser à nouveau avant l’élection de Roosevelt. À noter : notre ambassadeur a une piètre opinion de ce démocrate. Mais son prédécesseur républicain n’est pas plus estimé… Pas davantage que les institutions américaines d’un pays « ou la banqueroute a été élevée à la valeur d’un principe constitutionnel » !

Le lecteur attentif relèvera les ressemblances et les différences entre les situations respectives résultant des cracks de 1929 et de 2008. On sera frappé par les atermoiements des gouvernements, ne sachant pas s’il convient d’augmenter les dépenses ou de les réduire. Les hésitations des banques centrales sur les politiques à suivre. Mais une leçon et une seule a été retenue d’une fois sur l’autre : globalement, et contrairement à la fois précédente, on a sauvé les banques. Mais était-ce ce qu’il y avait de plus judicieux ? Notre poète qui était aussi un moraliste ne nous dit rien sur ce que nous appelons aujourd’hui l’alea moral…

« Il n’y a de société vivante que celle qui est animée par l’inégalité et l’injustice» (Paul Claudel).
[ Paul Claudel ]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :