Le Journal d’Alain Dumait

Un autre regard sur la crise

Secteurs d’avenir : idées reçues et souvent fausses ! …

Posted by alaindumait sur 24/11/2009

Le grand emprunt, réduit à 22 milliards d’euros empruntés sur les marchés financiers en deux fois, va donc servir à financer des « secteurs d’avenir ».

1) On est d’emblée sur le terrain de la tautologie ! Les adversaires de cette politique risquent fort d’être présentés comme des partisans des « secteurs du passé ». Qui est donc hostile au renforcement des « secteurs d’avenir » ?

Fallait-il réunir une nouvelle Commission pour identifier les bio-technologies comme des « secteurs d’avenir » ?… Ou l’éducation et la recherche comme des facteurs essentiels du développement ?… On ne voit pas que la Commission Juppé-Rocard ait identifié quoi que ce soit de nouveau qui n’ait pas déjà identifié comme tel depuis au moins trente ans…

2) Soyons juste : il s’agit cette fois de « mettre le paquet » sur ces secteurs. Attention : l’histoire économique contemporaine est pleine d’exemples d’investissements massifs sur des « secteurs d’avenir » qui se sont révélé être des fiascos ! Le « Plan calcul », le « Plan informatique pour tous », le « Plan câble »…

Feue l’URSS, avec ses plans quinquennaux, prétendait aussi « mettre le paquet » sur la modernisation de l’agriculture. Avec le résultat que l’on sait… Car le facteur déterminant est finalement moins les secteurs choisis, les moyens mobilisés pour ces investissements, que les entrepreneurs capables, ou non, de transformer des facteurs de production toujours rares en entreprises performantes !

3) Les « secteurs d’avenir » ne sont pas toujours ceux que l’on croit. Si le secteur des machines-outils est dix fois plus développé en Allemagne que chez nous, et constitue le fer de lance des exportations de ce pays, ce n’est pas parce qu’un Commission en a fait un « secteur d’avenir », mais parce que toute la politique économique de notre voisin tend à favoriser la création d’entreprises et à permettre aux petites entreprises de devenir moyennes, à celles-ci de devenir grandes.

4) Le vrai « secteur d’avenir » est donc celui de la création d’entreprises, celles qui créent des vrais emplois marchands. Pour le favoriser il faut et il suffit de réduire les charges qui pèsent sur elles, plus élevées en France que partout ailleurs. Ou presque. (cf le rapport de la Banque Mondiale sur les pays de l’OCDE : http://francais.doingbusiness.org/economyrankings/?regionid=5)

C’est le choix fait par l’Allemagne : diminuer encore les charges qui pèsent sur ses entreprises. Un plan de relance de l’économie exactement inverse du plan français…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :